Pérégrination

Lorsque le travail de terrain fait corps avec la vie quotidienne, il est quelquefois nécessaire de prendre de la distance, de voir et de sentir d’autres lieux, de remuer les sens, de prendre de la hauteur afin de retrouver le quotidien avec une nouvelle disposition. Ce que je fis en allant me promener du côté de Philopappou ou la colline des Muses, et de l’Acropole. Athènes offre de très belles perspectives de l’Acropole à partir de ses collines et de ses terrasses. Cette sensation de prendre de la distance est très nette après avoir été engouffrée dans la ville. Tout d’un coup on voit plus clair : c’est une des plus grandes fascinations du rocher de l’Acropole. Une promenade qui débute par les jardins de Philopappou, en passant par la prison de Socrate, la variété des fleurs sauvages qui y poussent et surtout arrivée en haut de la colline, cette ouverture vers le port du Pirée et le contact avec la mer. Car lorsqu’on est au centre d’Athènes, on perd la vision de la mer ; on sent l’humidité qui nous rappelle la proximité de la Méditerranée ; et puis poursuivre la promenade par le Pnyx (l’endroit où l’on se tient serré), la colline qui a vu naître et où s’exerçait la démocratie ; prendre ensuite la voie sacrée, passer par l’Agora, et contourner l’Acropole en passant par les petites caves et sanctuaires des dieux en imaginant les différentes cérémonies qui pouvaient y avoir lieu ; sentir le poids du rocher et les différentes stratifications qui l’ont vu naître, puis arriver au Théâtre de Dionysos, là où les interrogations soulevées sur le Pnyx étaient présentées au peuple sous forme de pièce de théâtre ; remonter enfin vers le théâtre d’Hérode Atticus et le Parthénon. Ce parcours bien qu’effectué à plusieurs reprises auparavant m’a permis de me reconnecter avec une autre Athènes, de retrouver une certaine poésie étouffée par le poids du quotidien. Ensuite, le retour à la réalité se fait de manière paisible. Le regard change, les émotions refont surface, la sensibilité aussi. Je me sens prête à filmer de nouveau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *