Territorialité

La crise économique a obligé certaines personnes à faire la manche. Les mendiants élisent leur territoire en fonction des possibilités de gain : sur les grandes avenues, les lieux de passage très fréquentés, devant les églises, ou dans les quartiers chics traitant avec une clientèle aisée. A l’intérieur du quartier de Pangrati, je n’ai pas souvent rencontré de mendiants. J’en ai vu deux, qui s’installent face au jardin public, des deux côtés de la rue Spiro Mercouri, devant la porte donnant sur l’aire de jeux. Pangrati est, comme je l’ai déjà mentionné, un quartier de classe moyenne. Dans le quartier de Kolonaki, plus chic, on retrouve des personnes faisant la manche à chaque coin de rue. Ils sont généralement debout, ils accompagnent les passants qu’ils interpellent, leur expliquant leur situation, ou leur bloque légèrement le passage pour attirer leur attention. Certains sont très bien vêtus, ils vous abordent avec un français ou un anglais parfait, se démarquant par leur origine et leur situation de déchéance récente. Ils sont de tous âges, sans différenciation de sexe : des jeunes, des pères ou mères de famille, des retraités. Certains élisent les églises pour faire la manche, faisant appel aux âmes charitables qui s’y rendent mais aussi aux simples passants. D’autres s’installent au même endroit, ce sont les plus vieux généralement ; ils y ont leurs habitudes ; on les voit manger ce que les habitants ou les restaurants ont bien voulu leur offrir. Ceux-là n’interpellent pas les passants, ils ont leurs bienfaiteurs réguliers qui leur permettent d’assurer leurs besoins primaires. La plupart des mendiants à Kolonaki sont des locaux ; j’ai rencontré peu d’immigrés.

Une plus grande gêne s’instaure lorsque des personnes, comme nous, nous renvoient une image de la déchéance. On veut les aider, mais on n’a pas la force de les regarder dans les yeux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *