L’accordéoniste

J’ai déjà évoqué dans un des précédents articles le passage fréquent d’accordéonistes dans le quartier de Pangrati. Ils se partagent le quartier en zones (comme le font les tambourinaires durant le mois du ramadan dans les quartiers musulmans traditionnels de Beyrouth). Ils se distinguent par les genres musicaux qu’ils interprètent : certains jouent des pièces tziganes, d’autres des morceaux grecs influencés par le Rebetico qu’ils accompagnent de chants et finalement il y a ceux qui jouent des morceaux internationaux : essentiellement les musiques des chansons d’Edith Piaff (La vie en rose, l’accordéoniste, emportée par la foule, etc..).  Généralement les horaires de passage des interprètes varient. Rarement j’en ai croisé deux en même temps. Ils apparaissent surtout en fin de matinée ou en fin d’après-midi, respectant les horaires de la sieste (entre 14h30 et 17h30). Ils s’adressent essentiellement à un public féminin mais aussi aux chômeurs et retraités. Ils jouent en regardant vers le haut des immeubles afin de repérer les habitants qui veulent les gratifier d’une pièce. Ils ont leur auditoire régulier et leurs habitudes. En hiver, leur passage se limite aux beaux jours. Il existe aussi d’autres genres de musiciens qui sont spécialisés dans les terrasses des cafés et restaurants. Ils s’arrêtent devant les tables pour interpréter un morceau. Contrairement aux musiciens des zones touristiques, les interprètes réguliers qui passent dans le quartier de Pangrati sont acceptés par les gérants des différents lieux. Ils sont généralement moins insistants que ceux des lieux touristiques, ils ne s’approchent pas de chaque table, se tiennent à distance, puis font passer discrètement le panier. Ils entretiennent des relations avec les clients réguliers. Ils font partie de notre cadre de vie. Et il est vrai que leur passage ponctue nos journées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *