Perturbation des sens

A l’approche du printemps, sillonner les rues d’Athènes est un voyage complexe au niveau des sens. Sur le plan olfactif, les rues étant bordées d’orangers, les senteurs des fleurs d’oranger qui vous atteignent par intermittence lors d’une promenade à pied, tranchent avec les bruits de la ville.  Cette dichotomie introduit une dissonance rythmique : le passant ou promeneur est tiraillé entre le fait de ralentir le pas pour mieux sentir les odeurs et se presser pour éviter le bruit, comme si la cadence de sa démarche pouvait atténuer la pollution sonore. A ces éléments s’ajoute le changement de la qualité de la lumière. Les immeubles, les personnes, prennent soudain du relief, éveillant la vision, faisant découvrir des éléments non perçus auparavant. On ne sait plus quel sens mettre en avant. On a envie de fermer les yeux pour mieux sentir les fleurs d’oranger, mais on se rend compte que la dissonance sonore perturbe ce moment de quiétude. On voudrait aussi ouvrir les yeux pour être mieux saisi par la lumière. On aimerait se boucher les oreilles, ouvrir les yeux et s’arrêter pour mieux voir et mieux sentir, mais la ville nous rappelle à son rythme, à sa cadence, et finalement on se laisse happer, retrouvant notre tempo de citadins.  Ce dernier est relativement relâché. A comparer avec d’autres villes, les passants à Athènes ont une démarche et une attitude corporelle assez détendues, plus proches de la flânerie, plutôt orientales. Les volumes des corps occupent l’espace, contrairement à d’autres villes où les corps traversent l’espace. Leur trajectoire est marquée par des arrêts. Ils regardent ce qui passe autour d’eux et n’hésitent pas à s’arrêter pour mieux observer une situation.

Une fois, une dame m’a interpellée, me demandant si j’étais étrangère. Elle m’a repérée, car selon elle, j’avais une démarche dynamique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *