Coup de vent

Certaines images du réel ne peuvent être partagées ou contées qu’à travers leur association à d’autres images vues dans des films. Parfois, elles sont tellement incroyables, que nous les qualifions de « surréalistes ». J’ai assisté à une de ces scènes à Mikrolimano, un port proche du Pirée, lors d’un jour venteux. Il faudrait mentionner que les vents sont assez fréquents en Grèce et que leur force est importante. J’étais sur la terrasse d’un café qui donne sur la mer. Le vent nous avait obligé à nous installer dans une petite construction en verre, réservée aux jours pluvieux.  Les serveurs faisaient l’aller-retour entre le café et l’endroit où nous étions. Ils luttaient afin de traverser les 5 m qui séparaient leur point de départ de leur point d’arrivée : leurs corps se cabraient ; les cheveux hirsutes, ils s’agrippaient au plateau qu’ils portaient, essayant de protéger les tasses de leurs mains afin qu’elles ne soient pas renversées. Et ils y arrivaient. Un élément leur échappait cependant : le liquide contenu dans les tasses (café, thé, eau..), sous l’effet du vent, s’envolait, traçant une trajectoire sinueuse, semblable à une flamme, dans l’air, comme si on avait ouvert une bouteille pour faire sortir un génie. L’effet du génie sur les serveurs était visible à travers leurs expressions crispées et leurs cheveux hérissés. Cette image me fit penser aux premiers films surréalistes, notamment à « Ghosts before breakfast » (Fantômes avant le petit-déjeuner) de Hans Richter.  Et puis j’ai pensé que la scène de Mikrolimano, filmée, n’aurait pas eu le même effet. Car visuellement, nous y sommes accoutumés à travers les films expérimentaux.  Elle devrait être contée pour garder son intensité visuelle ; chaque personne l’imaginant à sa manière, à travers ses propres références visuelles, comme dans les films abstraits.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *