L’extase

Parmi les images du quotidien qui restent ancrées dans notre mémoire et qu’on aimerait fixer sur pellicule, il en est une qui pour moi reste la meilleure définition de l’extase. Le lac de Vouliagmeni, situé au sud d’Athènes, à quelques 20 kilomètres du centre, est connu pour ses eaux thermales ; beaucoup de personnes s’y rendent pour se faire soigner. Généralement il s’agit  de personnes âgées, ayant des problèmes de peau. C’est un endroit calme, très bien aménagé : un monte-charge pour personnes handicapées a été installé afin de permettre aux impotents de bénéficier des vertus de l’eau. De plus, de petits poissons nettoyeurs, les Garra rufa,  mangent la peau morte. Les baigneurs sont figés dans l’eau afin de permettre aux poissons d’effectuer leur travail. La sensation est un peu bizarre au début : ça commence par de petits pincements désagréables et puis à la longue ça se transforme en chatouillements. Les petits poissons s’attaquent aux pieds d’abord puis aux genoux, etc… Une jeune femme blonde, debout sur les escaliers, dont les longs cheveux bouclés cachaient le corps, s’est immergée jusqu’à la taille dans l’eau. Les poissons se sont regroupés autour d’elle. Elle était repliée sur elle-même, concentrée… Autour d’elle, des personnes âgées, mises à l’eau à l’aide du monte-charge se baignaient.  Au bout de quelques minutes, les baigneurs se sont figés aussi, fixant la jeune femme, bouche bée. Les poissons étaient arrivés au-dessous de sa taille ; elle prenait apparemment du plaisir, ne se rendant pas compte du public qui l’observait. Cependant, l’image la plus frappante n’était pas celle de la dame blonde, mais de son public : des hommes et des femmes d’un certain âge, handicapés, en extase devant cette madone. Le temps s’est suspendu durant quelques secondes, faisant croire à un arrêt sur image.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *