La baraka

Il est assez fréquent de voir à Pangrati, chez les petits commerçants, une personne âgée, homme ou femme, installée sur une chaise. Généralement il s’agit du père ou de la mère du commerçant. Ils accompagnent leur progéniture au travail. Ils ne communiquent pas avec les clients : ils sont immobiles, regardant dans le vide, les yeux atteints par la cataracte. J’en ai connu plus particulièrement deux : le père d’une jeune couturière et la mère de la gérante d’une boutique delicatessen. Le père de la couturière se charge d’ouvrir l’atelier qui donne sur la rue. Il va ensuite acheter du café et des galettes pour le petit déjeuner et attend l’arrivée de sa fille. Il s’installe sur la chaise, prend le petit déjeuner et regarde la rue. Un petit chien est assis à ses côtés. Lorsque des clients arrivent et que sa fille est absente, il leur demande de patienter, le regard toujours fixé au loin. La mère de la commerçante, assise sur une chaise au coin de la boutique, tricote. Elle réagit aux salutations des clients en les gratifiant d’un sourire. De temps à temps, elle arrête de tricoter pour regarder les passants dans la rue, le regard figé. Lorsqu’elle est seule avec sa fille dans la boutique, elles ne communiquent pas, chacune vaquant à ses occupations. Bien que n’étant pas actives, ces personnes âgées ont une présence assez forte. Elles occupent l’espace, apportant une sérénité au lieu. Elles sont considérées par les commerçants comme une baraka, une bénédiction alliant la chance à la sagesse. Cette perception de la vieillesse protectrice est assez orientale, surtout lorsqu’il s’agit de ses propres parents. Ces derniers, souvent veufs, sont contents d’accompagner leurs enfants ; ça leur permet de ponctuer leur journée et leur donne l’impression d’être utiles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *