Les colonisés

J’ai souvent parlé du développement de Pangrati en l’associant à l’animation qui y règne avec l’ouverture de nouvelles boutiques, bars, restaurants, théâtres. Il est vrai que le quartier est aujourd’hui en mouvement. Mais il est aussi vrai que les vieux habitants, que j’appellerai les « colonisés », n’y trouvent plus leur place. Ils sont réduits à l’état d’observateurs. Ils profitent certes de l’animation du quartier, dans le sens où la proximité des nouvelles boutiques facilite leur quotidien, réduisant leurs déplacements. Ils se sentent néanmoins envahis par cette nouvelle vague qui occupe les trottoirs, fait du bruit et ne les laisse pas dormir. Leur relation aux commerçants leur permettent toutefois d’évacuer ce trop plein de solitude : ils parlent de leurs maladies, de leurs malaises, et les jeunes commerçants sont à leur écoute. Mais ils n’occupent pas les terrasses des cafés et des restaurants. Ils sont sur leur balcon, profitant des rayons du soleil, tricotant, observant ce qui se passe, en retrait. Il existe cependant une dame qui occupe les rues, se déplace pour donner à manger aux chats, communique avec les uns et les autres.  Elle est en quelque sorte le lien qui unit les deux bords. Ses conversations sont surtout axées sur les chats. Considérée comme marginale par les uns et les autres, elle est cependant contrôlée par le regard de ses voisins : elle n’a par exemple pas voulu être filmée en cours de semaine pour que les voisins ne la voient pas.

L’animation de Pangrati a permis aux « colonisés » de diversifier leurs sujets de conversation. Avant, les vieux habitants s’observaient les uns les autres, maintenant ils observent les étrangers, les occupants, et commentent leurs actes et comportements. Ils les craignent en même temps car ils représentent une dynamique, une puissance. La ville s’est introduite dans leur quartier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *