Ciel étoilé

Le rythme nocturne d’une ville est conditionné par divers éléments. En référence à la rythmanalyse d’Henri Lefèbvre, je parlerais du rythme nocturne d’Athènes en prenant en considération deux éléments : l’illumination et le mouvement. Athènes est une ville où on est en relation avec le ciel de jour comme de nuit : les immeubles n’étant pas très grands, ce qui donne à la ville une échelle humaine, et puis la lumière du jour étant pure et l’illumination la nuit n’étant pas très forte, ce qui nous connecte au ciel et aux étoiles. A partir du Mont Lycabette, qui donne une vision panoramique d’Athènes, au moment du coucher du soleil, il est possible de voir la transformation de la ville. Après le coucher, quelques ruelles sont illuminées, puis l’Acropole et d’autres monuments. La succession de l’illumination agit comme un tracé de la ville : les grandes avenues, puis les monuments puis les ruelles. La ville qui pourrait paraître chaotique le jour retrouve une cohérence visuelle la nuit à travers l’échelonnement de l’illumination. Au niveau du mouvement, la ville est toujours animée la nuit, il n’y a pas une transition marquée entre son rythme diurne et nocturne ce qui donne l’impression d’un flux continu. Quoique, ces derniers mois, il y a moins d’embouteillage le soir. Et je réalisais que le fait de ne pas être aveuglé par l’illumination rendait la ville moins violente. Pas de surexposition, pas de passage par des extrêmes, juste ce qu’il faut pour se sentir en sécurité. Adepte du gaz d’éclairage, je n’irai pas jusqu’à prêcher l’extinction totale des lumières pour l’avoir vécu durant la guerre civile libanaise, lorsque le courant électrique était coupé et que les générateurs ne pouvaient fonctionner 24h sur 24. A cet effet, des affiches noires avaient été imprimées par des artistes avec pour légende « Beirut by night ». Mais je me rappelle d’avoir profité de ces moments pour regarder les étoiles.

 

Eléments de doute

Il existe plusieurs manières d’exprimer le doute et ceci en fonction des cultures. Il n’est pas toujours dit avec des mots, c’est pour cela qu’on peut se tromper en prenant les gens au mot. Certaines cultures sont même défiantes vis-à-vis du doute. Pris comme une faiblesse, il est remplacé par une affirmation ou une négation lancées avec certitude.  Ce qui pour moi était une expression assez simple « je ne sais pas », ne l’est visiblement pas partout.

Mes premières expériences pratiques à Athènes m’ont appris à décoder le langage du doute. Au début, lorsque j’allais au supermarché pour acheter du lait pour bébé ou des céréales d’une marque internationale que je ne trouvais pas, je me renseignais auprès des responsables de rayons qui me disaient « Ça n’existe pas en Grèce ». Les prenant au mot, alarmée, je faisais des commandes de l’étranger et j’attendais impatiemment l’arrivée des cartons. Ce genre d’expérience se répétait avec d’autres produits. Puis je remarquais que la distribution des produits ne se faisait pas de la même manière partout. Ce que je pouvais trouver au supermarché dans d’autres villes, existait en pharmacie ou dans des boutiques spécialisées à Athènes.  Avec le temps, je commençais à avoir mes références et lorsque quelqu’un me disait « Ça n’existe pas en Grèce », j’interprétais par : « je n’ai pas ce produit et je ne sais pas où vous pourriez le trouver». De plus, j’achetais un produit d’un endroit le soir, le lendemain matin j’allais en racheter et la vendeuse m’affirmait avec certitude qu’elle n’en a jamais eu dans sa boutique. Au début, je doutais de moi-même en me disant que peut-être je m’étais trompée de boutique, puis je rectifiais l’interprétation par : « je n’en ai plus et je ne sais pas quand j’en aurai ».

J’essayais de comprendre ce que l’expression « je ne sais pas » pouvait impliquer : d’abord ça voudrait dire qu’on prend conscience des limites de notre savoir, ensuite ça nous déresponsabilise afin de ne pas induire les autres en erreur. Une posture éthique qui évite bien des malentendus. Pourquoi est-ce tellement difficile de la prononcer ? Je ne sais pas…

Le temps indigeste

Lorsque la mémoire historique est vive ou constamment ravivée par des commémorations, ne laissant pas d’interstices à l’oubli, la surcharge émotionnelle est telle que la distance par rapport aux évènements n’existe quasiment plus. Tout devient une occasion pour des lamentations et on finit par pleurer constamment non sur les événements eux-mêmes mais sur soi comme produit de ces événements. Or un des qualificatifs du passage du temps est le désencombrement de la mémoire. Pour expliquer ceci d’une autre manière, je parlerais de la propension qu’ont certains peuples au développement de la conscience historique. Cette dernière a beaucoup à voir avec les conditions du présent.

Je me suis rendu compte de ceci lors de la présentation dans le cadre du festival d’Athènes en 2013 au théâtre Odéon d’Hérode Atticus, situé sous le Parthénon, d’un hommage à Mikis Theodorakis avec le « Canto General » de Pablo Neruda, une œuvre expiatoire contre les dictatures. Un travail que Theodorakis a présenté en 1975 dans une Grèce libérée du régime des colonels. Theodorakis a assisté en personne à la représentation. Le théâtre était bondé, il peut contenir jusqu’à 5000 personnes. Le public était de tous âge. A la fin du concert, le public, debout, était en pleurs. Et je réalisais que dans le fond chacun pleurait pour une raison différente. Les plus vieux pouvaient relier ceci à des événements qu’ils ont probablement vécu du temps de la dictature, c’est-à-dire au moment où le projet artistique a été monté ; les plus jeunes le reliaient à leur présent, à la crise et à la dictature de l’argent (Mikis Theodorakis a été un membre actif durant les manifestations ces dernières années). Mais au fond, chacun pleurait sur soi. Ce trop plein d’émotions avait besoin d’un déclic sous forme de symbole afin d’être évacué. Il faut aussi prendre en considération le phénomène de groupe où l’intensité et la vague des émotions se propagent rapidement.  Tout ceci était compréhensible pour moi. Mais venant d’un pays, le Liban, où le présent continue d’être problématique avec ses lots de voitures piégées, je réalisais que les années 70 pour moi étaient déjà de l’Histoire lointaine. La succession des évènements dans le présent nous occupe tellement que nous avons une mémoire courte : la commémoration le 13 avril du début de la guerre civile qui a débuté en 1975 n’est pas chargée émotionnellement, car la guerre, nous continuons à la vivre au présent. Je repensais à Jean Rouch qui disait : « ceux qui ont vécu la guerre n’en parlent pas ». Et je réalisais que le fait de pouvoir pleurer sur des événements historiques était un luxe offert par le présent.

La fraîcheur du regard

J’ai toujours aimé le début des enquêtes, lorsqu’on dispose encore d’une fraîcheur du regard ; lorsqu’on se retrouve dans un état d’incertitude, essayant de décoder n’importe quel élément ou événement. Et puis, avec le temps et l’habitude, les immeubles deviennent de simples immeubles et les passants de simples passants.

Concernant Pangrati, mes impressions étaient mitigées dès le début car je me retrouvais dans un cadre que je considérais familier bien qu’étant nouveau. J’associais des éléments à Beyrouth car l’architecture est semblable or je me leurrais aussi car les codes et la culture ne sont pas vraiment similaires. Je voulais voir la Grèce comme un pays méditerranéen or j’oubliais les influences balkaniques asses fortes dans la manière d’être et de penser. Et puis je réalisais que toutes ces connotations ne sont que pures constructions politiques. Les identités multiples que nous retrouvons à Beyrouth et à Athènes même si elles ont pu avoir des influences communes ont évolué de manière différente. Ce que je pouvais considérer comme formant partie de mon héritage, se révèle être un sujet tabou en Grèce ; ce qui pour moi était du café turc devient du café grec ; ce qui pour moi étaient des incidents de l’Histoire se révèlent être des plaies vives en Grèce ; ce qui représentait notre histoire commune ne peut alors être conté.

Contrairement aux autres enquêtes que j’ai pu mener, je suis passée du familier à la découverte avec le temps. La fraîcheur du regard a été altérée puisqu’elle n’a pas été exercée depuis le début. Je réfléchissais à la notion de familiarité et aux interprétations qu’elle pouvait induire. Dans un cadre qui nous semble familier, le regard est endormi, presque hypnotisé, ce qui pourrait nuire à une approche visuelle. La question serait : Comment retrouver une fraîcheur du regard à posteriori ? Comment être interpelé visuellement par des  éléments qui nous semblent déjà communs ? Comment réinventer sa vision ? Ceci me paraît possible dans le sens où en instance de départ, je reverrais les choses d’une autre manière, comme si j’allais les revoir pour la dernière fois. Ainsi mon parcours athénien aurait été inversé, mon regard au lieu d’être interpelé par « la première fois », le sera par « la dernière fois » avec un brin de nostalgie je suppose, dans une relation au si proche et si lointain à la fois. Ainsi le film sera une clôture de l’enquête.

Une vie de chat

J’appris lors de mes voyages que les animaux de la même espèce n’ont pas toujours les mêmes caractéristiques ni les mêmes réactions dans les différents pays et que les pratiques culturelles des habitants influencent les réactions des animaux. Je parle essentiellement des animaux non domestiques, qu’on retrouve dans la rue.

Dans cet article, je m’attarderais plus particulièrement sur les chats à Pangrati car leur nombre est important et les dispositions d’accueil improvisées par les habitants sont variées.

Autour de mon lieu d’habitation, plusieurs personnes donnent à manger aux chats. Il est aisé de les localiser car les chats se regroupent devant l’entrée de leurs immeubles. La nourriture est généralement spécialisée puisqu’on retrouve le plus souvent dans les assiettes du lait, des croquettes, plus rarement des pâtées.

Certains chats sont plutôt sédentaires, ils se regroupent devant un même lieu où ils ont déjà leurs habitudes. On retrouve à cet effet des couvertures, des couffins en osier, des sièges-auto pour bébés disposés devant certains immeubles où les chats peuvent se reposer. D’autres chats divisent leur journée, on les retrouve dans la matinée dans un endroit et dans l’après-midi dans un autre.

Un jour, un chat s’introduisit dans notre maison et s’y installa durant un mois. Nous étions partis en vacances. Il prit ses habitudes. A notre retour, malgré toutes les fouilles que nous entreprîmes, il était impossible de le retrouver. J’avais acheté de la nourriture pour chat dans l’intention de filmer la dame qui leur donne à manger. Je ne le fis pas immédiatement puis j’oubliais l’affaire. Le chat avait repéré la nourriture ce qui lui permettait de survivre car la maison était fermée. Après notre retour de vacances et plusieurs jours d’observation nous réalisâmes qu’il se trouvait caché dans la cave de la maison que nous avions auparavant fouillée plusieurs fois. Je le revois souvent, sous  la fenêtre, devant l’entrée de la maison.

Il existe dans les différents quartiers d’Athènes un cadre associatif pour l’attention portée aux animaux. On voit souvent en se promenant, des chiens qui se baladent dans la ville avec des colliers qui permettent de les identifier. Se sentant protégés, les animaux ne fuient pas les passants qui s’approchent d’eux. Ceci est vrai tant pour les chiens et chats que pour les pigeons. Le fameux jeu des enfants qui consiste à courir pour faire fuir les pigeons, les voir s’envoler et être porté par le souffle de leur battement d’ailes ne fonctionne pas à Athènes. Dans certains pays, rien qu’en amorçant le mouvement de course, les pigeons s’envolent déjà. Ces exemples nous montrent le respect et l’attachement des Grecs pour les animaux.

Onomatopées grecques

Il existe des expressions locales amusantes qui nous rapprochent des gens du pays et qu’on pourrait appeler plus communément onomatopées. Je ne dispose pas d’un lexique important d’interjections cependant je parlerais plus particulièrement de trois d’entre elles : Ftou-ftou, Po-poo-poooooo, et Gaf-gaf.

Le Ftou-ftou s’accompagne généralement d’un mouvement de la bouche, la simulation d’un crachat, langue pendue.  Sa fonction principale étant d’éloigner le mauvais oeil. Il peut être dit par la personne qui fait un compliment comme par celle qui le reçoit. J’appris par la suite qu’il n’était pas très recommandé de faire des compliments à des grecs à cause des superstitions liées au mauvais oeil. Ce dernier occupe une place importante dans les relations humaines et il existe plusieurs manières dont la plupart sont liées à la religion pour l’exorciser : des prières, des prières accompagnées de rituels utilisant l’eau, l’huile ou l’encens, qui peuvent être dites par des personnes initiées et, dans certaines occasions liées à des fêtes religieuses, par un prêtre : par exemple au moment de l’épiphanie. Le Ftou-ftou est plus souvent utilisé par les personnes âgées, les jeunes, s’ils le disent, même en y croyant, l’évoquent avec un sourire, du moins face aux étrangers.

Le po-poo-poooooo, à prononcer avec un o en crescendo, est une exclamation à connotation positive ou négative. Il peut être dit lorsqu’une personne est impressionnée par quelqu’un ou par quelque chose, par exemple si ma voisine trouve que je suis en forme, elle me dira : Tu es en forme, Po-poo-pooooo!!!! Mais aussi lorsque je lui demandais de se renseigner à propos d’un médecin, elle me répondit : j’ai demandé de lui et on m’a dit Po-poo-pooooo!!! Je ne savais comment l’interpréter, je lui demandais alors : “Ça veut dire quoi?”, la réponse fut : “Ca veut dire, oh mon Dieu!”, j’en conclus qu’il fallait changer de médecin.

Le Gaf-gaf est une onomatopée imitant l’aboiement et désignant le chien essentiellement utilisée par et pour les enfants, l’équivalent du Waw-waw chez nous. 

Ces onomatopées, lorsqu’elles sont utilisées par des étrangers amusent les grecs. C’est un signe de rapprochement, plus subtil que les mots, qui passe par le langage populaire et qui crée des connivences avec les locaux.

Si je devais terminer par un exemple qui regroupe les 3 interjections :

Un gaf-gaf est passé devant chez nous. Il avait un pelage! Po-poo-poooo!!! Ftou-ftou… Avec ceci, j’ai l’impression de parler grec.

Intro-duction à la Grèce

Il existe plusieurs manières de faire connaissance avec un pays lorsqu’on y est destiné pour y vivre durant un certain nombre d’années en tant qu’ « expatrié ». L’appréhension du pays dépend de la culture de la personne, de sa façon de voir le monde, de son « habitus », de sa conduite face à la nouveauté. Mon attitude en arrivant à Athènes fut celle d’une habituée dès le début. Ne connaissant pas le pays ni la langue, je me retrouvais cependant en milieu familier. Ceci débuta dès mon installation à Pangrati. Je retrouvais dans la configuration du quartier, son architecture, ses composantes, une similitude avec Beyrouth. J’avais besoin d’être ancrée, de me sentir appartenir à un noyau puis de rayonner à travers la Grèce. Ainsi j’effectuais la plupart de mes activités dans le quartier. Je m’impliquais dans sa vie, m’intéressant aux aspects nouveaux, accompagnant son évolution : par exemple lors de l’ouverture d’un théâtre. Car depuis 2011, date de mon arrivée, Pangrati a beaucoup changé ; des rues entières ont été reconfigurées. Je me sentais cependant en décalage avec d’autres expatriés qui commençaient leur séjour par la visite des grands sites historiques et touristiques, parcourant un nombre maximum d’îles, alimentant leurs conversations de références de voyage.  J’avais l’impression d’être de l’intérieur et je pense que je le suis devenue quelque part même si j’avais un statut d’étrangère. Je le notais lors de ma maladie. Sachant que j’avais des problèmes de dos, la plupart des commerçants que je côtoyais régulièrement se proposèrent de me livrer les produits à la maison. Ils s’enquerraient régulièrement de mon état de santé, suivant son évolution, me manifestant des signes d’attention et d’affection : par exemple lorsque je me rendais au restaurant du coin la propriétaire m’apportait un coussin pour appuyer le dos. Après l’opération, ils demandaient à mes proches de mes nouvelles et une fois rétablie je fus reçue avec beaucoup d’émotion par les occupants et les habitants du quartier. Je réalisais que je commençais à y avoir ma place. J’adoptais la même attitude lors de la visite de sites historiques. Je prenais mon temps afin de sentir les lieux, quitte à ne pas tout voir si le temps ne le permettait pas. Or je réalisais que c’est une attitude générale que j’adopte même lors de séjours touristiques. Je visitais la villa d’Hadrien en Italie accompagnée du livre de Marguerite Yourcenar « Mémoires d’Hadrien », y relisant certains passages afin de mieux m’imprégner des lieux. Je regrette notamment d’avoir dérogé à la règle lors de la visite de Palmyre en Syrie. J’aurais aimé prendre un café dans l’oasis au milieu du désert afin de mieux sentir l’effet de la présence de l’eau après tant de sècheresse, l’effet de la couleur verte des arbres après tant de pierres jaunâtres. La reverrais-je un jour ?

La difficulté des transitions

Durant le travail sur le terrain, l’enquêteur passe par des phases d’exposition et des phases de retrait. Le passage d’une phase à une autre nécessite une phase de transition.

Durant la phase d’exposition, l’enquêteur est disponible, ouvert vers l’extérieur, partageant des moments avec les enquêtés, ajustant perpétuellement ses actes en fonction des personnes étudiées, essayant de saisir des codes culturels desquels il n’est souvent pas familier.

La période de retrait qui consiste à se retirer de la scène nous aide à “digérer” tout ce que l’on a vu, expérimenté et à commencer à analyser. Or lorsque le terrain d’étude est le même que le lieu d’habitation, comme c’est le cas pour Pangrati, le retrait n’est que partiel puisque l’interaction avec les enquêtés est quotidienne et l’enquêteur reste en état d’alerte, observant ce qui se passe autour de lui. Et puis avec le temps, la vie quotidienne reprend le dessus et les sujets redeviennent des voisins. 

Les transitions entre une phase et une autre sont cependant difficiles car elles nécessitent le passage d’un état émotionnel à un autre. Le retrait suppose un éloignement. Après une période « euphorique » où l’enquêteur partage le vécu des sujets étudiés, il faut qu’il apprenne à se retrouver seul avec ses documents. Un sentiment de vide s’instaure au début. C’est un passage obligé qui permet par la suite l’étude des documents. L’appropriation des documents se fait par étapes également. Liés au souvenir et à la remémoration des moments vécus, les documents se transforment petit à petit se dénuant de leur aspect émotionnel pour devenir des faits à partir desquels une analyse est possible. Et puis, une certaine intimité se crée entre l’enquêteur et ses documents liée à leur étude répétée: à force de lire et relire les textes et de regarder les images, l’enquêteur se réapproprie les documents. Il se retrouve seul avec ses personnages, les figeant, un arrêt sur des paroles ou des images est possible. Il peut commencer à les cerner, croisant les informations, interrogeant les personnages d’une autre manière. Une chaleur liée à cette intimité finit par s’instaurer.

Et puis, il faut de nouveau reprendre l’enquête, s’exposer, rétablir le lien avec les enquêtés, établir un autre passage par une période de transition. La reprise est souvent liée à des appréhensions d’échec. Comment reprendre le contact avec les enquêtés après avoir pris une certaine distance? Il faut de nouveau faire des efforts, renouer des liens qui ont été rompus même si pas complètement. Il faut de nouveau dessiner une autre tactique. Qui contacter? A travers qui? Par qui commencer?

Les appréhensions de changement d’étapes sont toujours les mêmes, cependant le jeu d’exposition et de retrait s’enrichit avec le temps car les retraits permettent de mieux comprendre certains aspects, qui vont aider l’enquêteur à mieux reprendre le lien par la suite. Mais il reste néanmoins des craintes liées à un passage obligé : la difficulté des transitions.

 

L´ombre des absents

Lors d´une enquête sur le terrain nous rencontrons des personnes que nous côtoyons, qui nous inspirent et que nous aimerions voir transformées en personnes filmées. Parfois les circonstances font que cela ne soit pas possible pour des raisons déontologiques, éthiques ou autres.

Dans le quartier de Pangrati, en deux ans d´enquête, cela s´est produit avec 3 voisines ou enquêtées. La première est une vieille couturière sise à côté d´un café auquel je me rends souvent. C´est une femme qui dégage quelque chose de spécial, je pouvais déjà voir ce que sa présence donnerait à l´image. Je l´observais régulièrement. J´eus affaire à elle pour régler les pantalons de mon mari. Elle me demanda si c´était pour le papa de Clara, je répondis par l´affirmative, elle baissa alors le prix de moitié. Etant devenue plus familière avec elle, je lui proposais par l´intervention d´une amie qui parle grec si elle acceptait de se faire filmer pendant qu´elle travaillait. Elle s´excusa à plusieurs reprises : ¨signomi, signomi¨ et me fit comprendre qu´elle ne supportait pas de se voir à l´image ni même ses mains.

Une autre voisine est une styliste qui possède une boutique de vêtements. Elle crée des vêtements uniques avec des tissus qui viennent des quatre coins du monde. J´aimais bien son travail. Je voulais filmer la confection d´un seul vêtement, depuis le moment où elle allait acheter le tissu, en passant par la confection dans l´atelier, jusqu´à la présentation dans la boutique. Je lui en ai parlé à plusieurs reprises, elle n´avait pas d´objection mais elle ne voyait pas comment cela pouvait se réaliser filmiquement. J´essayais de la rassurer en lui disant que c´était mon travail, qu´elle n´avait qu´à faire les choses comme elle les faisait habituellement et que je la suivrais. Je lui donnais ma carte et lui demandais de m´appeler lorsqu´elle serait prête, elle me l´assura mais ne le fit jamais.

La 3ème personne est une vieille dame qui habite le rez-de-chaussée d´un immeuble dans un appartement qui donne sur la rue. Elle est souvent entourée de chats avec lesquels elle communique et desquels elle s´occupe. Elle leur a aménagé des espaces de repos : on trouve devant chez elle des sièges-auto pour bébé, des couvertures, etc. Je voulus l´aborder, cependant une autre voisine m´apprit qu´elle souffrait d´un début d´Alzheimer. Par respect pour sa situation j´oubliais le sujet. J´appris par la suite que sa sœur donnait à manger à tous les chats du quartier et qu´elle était disponible à se faire filmer si j´assurais la nourriture des chats ce jour-là.

Parfois, les personnages sont intrigués lorsqu´on leur propose de les filmer dans leur quotidien, sans interview, juste comme ils sont. Ils deviennent méfiants car ils pensent que pour faire du cinéma il faut présenter des choses différentes, ce qu´on appelle des temps forts au cinéma.

Mais même si ces personnes ne sont pas présentes à l´image, leurs ombres continueront à m´inspirer en filmant les autres.

Ciel, mon âme !

Lorsqu´on travaille dans le cinéma et en général dans tout ce qui a trait à l´image et à la représentation, la question de l´âme surgit.

Jean Epstein le dépeint très bien dans son film La chute de la maison Usher (1928) en la personne du Lord Roderick Usher qui peint avec acharnement le portrait de son épouse ; celle-ci s´étiole, transmettant le peu de vie qui lui reste au portrait et lorsque le portrait est terminé, elle s´effondre.

Une autre anecdote est liée au photographe et cinéaste américain Man Ray qui faisait un de ses premiers portraits : en développant les photos, il se rend compte que son sujet avait plusieurs yeux superposés. Il les lui montre et celle-ci lui dit : ¨mais vous avez réussi à dévoiler mon âme¨.

Aussi, les africains sont généralement assez réticents aux photos et à la vidéo. Il est mal vu de prendre des photos des gens dans la rue sans leur demander leur accord car ils pensent que ces appareils vont leur voler leur âme.

Or ce qui n´est pas dit, c´est qu´en filmant, le cinéaste perd aussi un peu de son âme pour l´enrichir par la suite, du moins dans les films documentaires où il n´intervient pas mais suit les événements qui se passent, en parfaite osmose. Il se met d´abord dans la peau et le rythme de la personne filmée dans le cadre de ce qu´on appelle l´observation participante.

Généralement, la période d´insertion qui consiste à partager des moments avec les enquêtés et personnages potentiels, s´introduisant dans leur vie, dans leur rythme, se faisant accepter par eux avant même de commencer à les filmer consiste en une relation à plusieurs où chacun dévoile un peu de soi jusqu´à ce qu´une certaine confiance s´établisse. Une fois la présence de l´anthropologue-cinéaste acceptée, les tournages peuvent commencer. Les personnes filmées définissent elles-mêmes ce qu´elles vont faire et le cinéaste les suit sans nécessairement savoir ce qui va se passer. Durant cette étape, le cinéaste est dans un oubli total de soi, se projetant corps et âme dans ses sujets afin de reproduire au plus près leurs actions et leur rythme, comme s´il devenait lui-même la personne filmée. Le cinéaste est alors comme une éponge, absorbant ce qui se passe autour de lui, le reproduisant, bravant quelquefois même les lois de la pesanteur en s´introduisant par exemple dans des lieux extrêmement exigus sans sentir son propre corps. Il se sent pousser des ailes.

Et à la question : qui a volé l´âme de qui ? je ne saurais répondre car il s´agit d´une correspondance, d´un échange où chacun essaie de donner le meilleur de soi et qui, lorsqu´il se produit dans de bonnes conditions, correspond à un moment de grâce.

Car ce qui nous fait défaut dans notre vie quotidienne et que l´art permet est un oubli total de soi ou du soi tel qu´on le connaît.

Bravant nos limites, on se sent vivant.