Archives par étiquette : cimetière

Melancholia

Je visitais le cimetière de Pangrati à la fin du mois de Janvier 2012 suite au décès du cinéaste grec Theo Angelopoulos, renversé par un motard. J’appris par la presse qu’il avait été enterré dans le premier cimetière d’Athènes. Je m’y rendis par un temps pluvieux par la porte sise à Mets. Construit en 1837 par le roi Otton Premier afin d’accueillir les grecs les plus riches et les plus célèbres, le cimetière retrace l’histoire de la ville et des familles. (Or j’appris en lisant la thèse de Tournikiotis[i] sur le quartier de Pangrati, que le premier cimetière d’Athènes était réservé aux protestants ; il fut créé en 1834 au lendemain de l’installation de la capitale grecque à Athènes, à l’est de la ville, près des bords de ce qui fut le fleuve Illisos).

A côté des tombes vétustes ornées de statues, des tombes plus modestes attestent de l’ancrage du cimetière dans la ville. Pour les plus contemporains des défunts, des photographies les représentant ornent les tombes en marbre. Il s’agit en effet d’une variation de style photographique : certaines représentent un portrait du défunt dans le style photo passeport, d’autres les montrent dans des situations plus décontractées, lors d’une réunion avec d’autres personnes, fumant une cigarette, etc. Ils sont situés soit de face, soit au premier plan de la photographie, ce qui nous permet de les identifier.

Des familles, des prêtres se promenaient dans les allées. Je demandais au gardien l’emplacement de la tombe d’Angelopoulos. Il m’y conduisit à travers des allées ornées d’arbres dont la disposition donne au lieu un air champêtre. Les tombes sont en marbre blanc et généralement bien entretenues. Le tombeau du cinéaste était quant à lui recouvert de terre car le décès avait eu lieu quelques jours auparavant. Aucun signe de reconnaissance ne permettait de l’identifier si ce n’étaient quelques objets : une lanterne ainsi que des offrandes spontanées, des bouquets de fleurs dont certains retenus par du papier aluminium, une plante et une mandarine. Il se mit à pleuvoir. Je m’assis sous un arbre à écouter la variation des crépitements de la pluie sur les feuilles. Je repassai en mémoire certaines scènes et mélodies de ses films. Je compris la mélancolie grecque. Je connaissais la mélancolie portugaise, la mélancolie russe. Mon séjour en Grèce m’a permis d’expérimenter la mélancolie grecque.


[i] TOURNIKIOTIS Panayotis, PAGRATI Naissance et évolution d’un quartier d’Athènes, Essai d’analyse urbaine, Vol I, Thèse de doctorat IIIe cycle, Université de Paris X, 1983, p 46.