La fraîcheur du regard

J’ai toujours aimé le début des enquêtes, lorsqu’on dispose encore d’une fraîcheur du regard ; lorsqu’on se retrouve dans un état d’incertitude, essayant de décoder n’importe quel élément ou événement. Et puis, avec le temps et l’habitude, les immeubles deviennent de simples immeubles et les passants de simples passants.

Concernant Pangrati, mes impressions étaient mitigées dès le début car je me retrouvais dans un cadre que je considérais familier bien qu’étant nouveau. J’associais des éléments à Beyrouth car l’architecture est semblable or je me leurrais aussi car les codes et la culture ne sont pas vraiment similaires. Je voulais voir la Grèce comme un pays méditerranéen or j’oubliais les influences balkaniques asses fortes dans la manière d’être et de penser. Et puis je réalisais que toutes ces connotations ne sont que pures constructions politiques. Les identités multiples que nous retrouvons à Beyrouth et à Athènes même si elles ont pu avoir des influences communes ont évolué de manière différente. Ce que je pouvais considérer comme formant partie de mon héritage, se révèle être un sujet tabou en Grèce ; ce qui pour moi était du café turc devient du café grec ; ce qui pour moi étaient des incidents de l’Histoire se révèlent être des plaies vives en Grèce ; ce qui représentait notre histoire commune ne peut alors être conté.

Contrairement aux autres enquêtes que j’ai pu mener, je suis passée du familier à la découverte avec le temps. La fraîcheur du regard a été altérée puisqu’elle n’a pas été exercée depuis le début. Je réfléchissais à la notion de familiarité et aux interprétations qu’elle pouvait induire. Dans un cadre qui nous semble familier, le regard est endormi, presque hypnotisé, ce qui pourrait nuire à une approche visuelle. La question serait : Comment retrouver une fraîcheur du regard à posteriori ? Comment être interpelé visuellement par des  éléments qui nous semblent déjà communs ? Comment réinventer sa vision ? Ceci me paraît possible dans le sens où en instance de départ, je reverrais les choses d’une autre manière, comme si j’allais les revoir pour la dernière fois. Ainsi mon parcours athénien aurait été inversé, mon regard au lieu d’être interpelé par « la première fois », le sera par « la dernière fois » avec un brin de nostalgie je suppose, dans une relation au si proche et si lointain à la fois. Ainsi le film sera une clôture de l’enquête.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.