Le temps indigeste

Lorsque la mémoire historique est vive ou constamment ravivée par des commémorations, ne laissant pas d’interstices à l’oubli, la surcharge émotionnelle est telle que la distance par rapport aux évènements n’existe quasiment plus. Tout devient une occasion pour des lamentations et on finit par pleurer constamment non sur les événements eux-mêmes mais sur soi comme produit de ces événements. Or un des qualificatifs du passage du temps est le désencombrement de la mémoire. Pour expliquer ceci d’une autre manière, je parlerais de la propension qu’ont certains peuples au développement de la conscience historique. Cette dernière a beaucoup à voir avec les conditions du présent.

Je me suis rendu compte de ceci lors de la présentation dans le cadre du festival d’Athènes en 2013 au théâtre Odéon d’Hérode Atticus, situé sous le Parthénon, d’un hommage à Mikis Theodorakis avec le « Canto General » de Pablo Neruda, une œuvre expiatoire contre les dictatures. Un travail que Theodorakis a présenté en 1975 dans une Grèce libérée du régime des colonels. Theodorakis a assisté en personne à la représentation. Le théâtre était bondé, il peut contenir jusqu’à 5000 personnes. Le public était de tous âge. A la fin du concert, le public, debout, était en pleurs. Et je réalisais que dans le fond chacun pleurait pour une raison différente. Les plus vieux pouvaient relier ceci à des événements qu’ils ont probablement vécu du temps de la dictature, c’est-à-dire au moment où le projet artistique a été monté ; les plus jeunes le reliaient à leur présent, à la crise et à la dictature de l’argent (Mikis Theodorakis a été un membre actif durant les manifestations ces dernières années). Mais au fond, chacun pleurait sur soi. Ce trop plein d’émotions avait besoin d’un déclic sous forme de symbole afin d’être évacué. Il faut aussi prendre en considération le phénomène de groupe où l’intensité et la vague des émotions se propagent rapidement.  Tout ceci était compréhensible pour moi. Mais venant d’un pays, le Liban, où le présent continue d’être problématique avec ses lots de voitures piégées, je réalisais que les années 70 pour moi étaient déjà de l’Histoire lointaine. La succession des évènements dans le présent nous occupe tellement que nous avons une mémoire courte : la commémoration le 13 avril du début de la guerre civile qui a débuté en 1975 n’est pas chargée émotionnellement, car la guerre, nous continuons à la vivre au présent. Je repensais à Jean Rouch qui disait : « ceux qui ont vécu la guerre n’en parlent pas ». Et je réalisais que le fait de pouvoir pleurer sur des événements historiques était un luxe offert par le présent.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.