« DE L’AUTRE COTE DU FLEUVE » Exploration filmique de Pangrati

Le projet de film sur le quartier de Pangrati est né il y a deux ans, lorsque j’ai été amenée à m’installer dans la ville d’Athènes. Il s’agit d’une enquête filmique sur mon quartier de résidence que j’ai appris au fil du temps à apprécier. Pangrati n’est pas un quartier où les références visuelles sont fortes. C’est un quartier qui se dévoile petit à petit à travers des  regroupements de personnes dans certains lieux. Pour y avoir accès, il faut déjà être « initié « , car il ne s’agit pas d’un quartier « extraverti » et c’est cette pudeur, liée à un développement que la durée m’a permis de noter qui fait la force de Pangrati.

Dans le contexte actuel de crise où la Grèce est devenue le point de mire des media, s’intéresser à un quartier qui va à contre-courant en se développant m’a semblé intéressant. L’idée de mobilité et de flux sur laquelle j’aimerais fonder ce travail se manifeste également par la proximité du fleuve Illisos recouvert depuis 1956 par l’avenue Vasileos Konstantinou. Bien que sous terrain, l’Illisos resurgit par moments en inondant les caves des immeubles environnants. Pangrati se situe sur la rive Est de ce qui fut le fleuve Ilissos. La jonction des deux rives opérée par le recouvrement du fleuve a permis un glissement social et une gentrification du quartier de Pangrati. Ce quartier ne raconte pas à travers ses monuments la splendeur d’Athènes car ces derniers se situent sur l’autre rive, mis à part le stade Panathinaiko qui a accueilli les 1ers Jeux Olympiques en 1896.

Une Athénienne m’a raconté que du temps où le fleuve séparait encore les 2 rives (avant 1956), son père lui avait montré Pangrati en lui disant : « si tu n’étudies pas, voilà où tu vas te retrouver ». Jadis pointé du doigt, Pangrati se développe jusqu’à devenir aujourd’hui un lieu de résidence « branché », dans le sens où des artistes et des intellectuels s’y sont installés ainsi qu’une certaine catégorie de bourgeois bohèmes qui occupent les anciennes maisons néo-classiques, mais aussi les habitants de toujours qui gardent leurs coutumes et qui existent en marge de cela.

L’enquête filmique sur le quartier de Pangrati sera menée dans le cadre de la méthode exploratoire, c’est-à-dire en appréhendant et découvrant le quartier à travers la caméra. Le film étant le principal outil de recueil de données, son examen permet de découvrir les réseaux communautaires existants, la vie du jardin public ainsi que celle du premier cimetière d’Athènes créé en 1837 qui dévoilera la partie historique de la ville. L’enquête tentera de mettre en valeur la vie sociale du quartier, aussi bien au moment des fêtes, par le biais des multiples coopérations qui se tissent entre les habitants. Elle présentera une vision du quartier parmi d’autres, en reliant différents lieux, protagonistes et activités. Les personnages qui émergent du film se construisent au fil de l’enquête.

Mon insertion à Pangrati s’est faite dans la durée. Elle m’a permis d’appartenir au quartier, de me familiariser avec les lieux, les occupants et  les habitants.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.