La théorie de l’absence

Lors de mon travail de terrain sur Pangrati, qui consiste essentiellement à y vivre puisqu’il s’agit de mon quartier de résidence, j’expérimentais ce que j’appellerai la théorie de l’absence.

N’ayant pas de date limite pour la remise du film ou du texte, je décidais de prendre le temps nécessaire pour aller à la rencontre de ceux qui allaient devenir les protagonistes de mon film. Fidèle à ma démarche, et afin de ne pas brusquer les enquêtés, j’attendais que les personnes elles-mêmes me demandent de les filmer. J’avais repéré quelques personnes à qui j’avais exposé mon projet et le souhait de les filmer. Je leur demandais de prendre leur temps et de me faire signe lorsqu’elles étaient prêtes. Les habitants et occupants du quartier savaient où j’habitais et me voyaient régulièrement. Un an plus tard (alors que je m’étais absentée durant un mois), la même semaine, 4 personnes me contactaient pour filmer des activités qui leur étaient rattachées ; je me retrouvais débordée par les tournages. Auparavant, un incident m’avait interpelée. Je prenais des cours de Pilates en grec (alors que je ne comprends pas la langue) dans un centre à Kolonaki, un quartier adjacent. Vu les horaires -en matinée- la plupart des élèves étaient des femmes. Les premiers temps, dans les vestiaires, aucune conversation n’avaient lieu entre nous. Je supposais que comme j’étais étrangère et qu’elles ne parlaient pas d’autre langue que le grec elles ne cherchaient pas à communiquer avec moi. J’observais cependant qu’elles ne me saluaient même pas alors que je possédais des rudiments de vocabulaire grec au moins pour les premiers contacts. Après quelques mois, je dus m’absenter durant un mois. Je fus surprise à mon retour de constater l’accueil chaleureux des élèves dont certaines m’embrassèrent, demandant de mes nouvelles et nous finîmes par échanger nos coordonnées téléphoniques.

Je constatai des réactions similaires quoique moins expansives au marché où j’allais faire mes courses le vendredi. Après mon retour, certains marchands me gratifièrent d’un sourire et en témoignage d’amitié ajoutèrent une tomate ou une orange à mes achats. Je repensais à ce que j’avais expérimenté à Sanayeh, un quartier de Beyrouth, lors d’un travail antérieur. Il s’agissait d’un quartier majoritairement sunnite plutôt conservateur, où un sourire pouvait être parfois mal interprété car certains hommes ne me regardaient pas dans les yeux en me parlant. Avec certains enquêtés j’avais même était obligée de recourir à des astuces afin de me faire connaître d’eux. J’avais par exemple garé ma voiture durant plusieurs mois devant l’atelier d’un artisan que je souhaitais filmer. On ne se saluait pas, mais je savais qu’il avait repéré ma présence. Je restais ensuite absente durant une semaine, me garant ailleurs. Et puis je revins à ma place habituelle. Il m’aborda pour me demander où j’étais et ainsi nous pûmes commencer à communiquer.

Ces exemples illustrent l’importance de l’éclipse lors d’une enquête. Il faut en effet savoir instaurer des moments de manque suite auxquels des situations peuvent se débloquer. On parle de présence sur le terrain et pas souvent d’absence. Or cette dernière permet de percevoir le temps différemment. Le temps et le rythme d’évolution d’une enquête ne vont pas de pair avec le temps réel. Et comme « il faut donner du temps au temps », il faut aussi savoir parfois le suspendre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.