Kounia bella

Le jardin public d´un quartier est une espèce d´hétérotopie qui permet une concentration de personnages divers et qui éclaire à travers certains indices des aspects du quartier. Mon entrée dans le quartier de Pangrati s´est opérée à travers le jardin « Alsos Pagratiou ». Il s´agit d´un jardin en pente qui suit les formes naturelles du terrain.

Historiquement “Alsos Pagratiou¨ a été transformé en jardin public en 1936 par la Mairie d´Athènes et comportait originellement un jardin zoologique. Durant la 2nde Guerre Mondiale le jardin a été transformé en campement des allemands et fut réaménagé vers 1949 sous sa forme actuelle.

Au début de notre installation, je passais parfois des journées entières au jardin, dans l´aire de jeux, à balancer ma fille âgée à cette époque de 9 mois. A cet âge, les enfants ne se lassent pas des balançoires appelées en grec kounia et immortalisées par la chanson populaire « kounia bella ». Les parents ou grands-parents qui accompagnent les enfants ont des réactions différentes face au rôle qui leur incombe : pousser la balançoire. Certains sont en interaction directe avec leurs enfants : ils se mettent généralement face à l´enfant qu´ils balancent en lui chantant, le faisant rire, effectuant des mimiques. Les autres, plus méditatifs, se placent à l´arrière de la balançoire et la pousse machinalement, laissant les enfants se bercer et observer ce qui se passe autour d´eux ; ces parents-là, au bout de quelques minutes se perdent dans leurs idées, le regard hagard. Il y a aussi ceux qui se placent sur le côté de la balançoire pour la contrôler d´en-haut, assurant les balancements à travers la chaîne ; ceux-là s´appuient généralement sur les barres situées sur le côté et une lassitude se fait sentir au niveau de leurs gestes répétitifs. Il y a aussi les toboggans avec des enfants d´âges divers : les incontrôlables de moins d´un an qui sont souvent à 4 pattes, ceux qui commencent  juste à marcher et qui ne comprennent pas encore qu´il faut monter par les escaliers, qui essaient d´escalader, qui s´éternisent en descendant la pente alors que d´autres, impatients, ne contrôlant pas encore leurs gestes se précipitent du haut du toboggan pour les cogner, et les parents qui s´attellent à expliquer le concept « à tour de rôle » ; et puis il y a les enfants qui commencent juste à marcher, par pas saccadés, les bras en l´air pour se maintenir en équilibre mais qui ne savent pas encore s´arrêter ; mais aussi les parents qui suivent les enfants avec la nourriture les occupant pour leur faire passer une bouchée entre une activité et une autre.

« Alsos Pagratiou » est un jardin assez populaire. Son aire de jeux est fréquentée surtout par une population grecque de classe moyenne ainsi que par une communauté d´immigrés habitant le quartier : des asiatiques, africains, baltiques ainsi que quelques expatriés. Une espèce de cosmopolitisme existe dans le jardin mais aussi une ségrégation, chacun connaissant ses limites. Même si les enfants jouent ensemble ou s´empruntent des jouets, une barrière existe entre les grecs et les non-grecs.

De manière plus large, sur les bancs du jardin, on trouve des vieux installés, des gens de passage qui traversent le jardin après avoir fait leurs courses  et qui s´installent sur un banc pour se reposer. Je n´ai cependant pas vu beaucoup de jeunes, d´amoureux. Ils s´installent probablement vers le haut, sur les bancs situés au niveau des courbes du jardin en pente, à l´abri des regards. De temps en temps on voit passer quelques sportifs. N´ayant pas de place centrale, à part les deux entrées qui donnent sur la rue Spyrou Mercouri, le jardin est aussi propice aux activités clandestines. Des sans-abri viennent s´y installer dont un occupant régulier avec son sac à dos qui contient tous ses effets : des outils en miniature qui permettent de pallier à toutes les circonstances pour se changer, se raser, rester propre. Un effet de la crise ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.