Chambre avec vue

Dans le film Smoke de Wayne Wang (1995) dont le scenario a été écrit par Paul Auster, un des protagonistes du film se poste tous les jours à la même heure au même angle d´une rue de Brooklyn et prend une photo. J´ai expérimenté cela à Pangrati d´une autre manière après une chirurgie l´été dernier. Je devais durant les deux mois de réhabilitation qui m´ont été imposés rester chez moi. J´avais une vie assez rythmée afin que le temps ne paraisse pas trop long. Dans mon emploi du temps, de 10h30 à 11h je m´installais sur le balcon de ma chambre pour prendre le soleil car il passait par là à cette heure-ci et j´observais ce qui se passait dans la rue durant cette demi-heure.

Je n´avais jamais expérimenté auparavant une observation aussi régulière dans l´espace et dans le temps : à la même heure, à partir d´un même poste d´observation. Cette expérience m´a permis de noter que mes voisins avaient une vie assez réglée. Bien entendu les personnes qui vont à leur travail vont sortir de chez eux à la même heure tous les jours de la semaine. Mais je remarquais aussi que les retraités et les chômeurs gardaient la même régularité dans leurs activités. Comme si le temps ponctué et la régularité les maintenaient dans la vie active.

J´ai noté deux catégories de travailleurs : ceux qui sortaient de chez eux pour se rendre au travail et ceux qui venaient dans la rue assurer une activité régulière, par exemple les employés d´une société chargée de nettoyer les entrées des immeubles. Ils arrivent avec leur matériel de travail : un seau, un balai, une serpillère, ainsi que des produits de nettoyage et un tuyau qu´ils branchent à un robinet situé sur le trottoir au-dessous d´une dalle devant chaque immeuble. En général ce sont des femmes qui viennent par pair et qui se partagent le travail : une s´occupant de nettoyer les vitres et l´intérieur de l´immeuble alors que l´autre arrose les bacs à fleurs situés devant l´immeuble et nettoie le trottoir. Elles disposent des clés des entrées des immeubles. Parfois, elles rencontrent des habitantes du quartier avec lesquelles elles partagent des nouvelles. Il y a aussi la femme-facteur qui passe à cette heure-ci et qui de par son travail ambulant établi des connexions entre les habitants.

Dans la catégorie des chômeurs ou retraités qui vaquent à leurs occupations, on distingue ceux qui sortent en couple et ceux qui sortent seuls. L´activité la plus pratiquée à cette heure-ci est de jeter la poubelle. Là aussi une distinction est faite entre ceux qui utilisent des sacs du commerce et ceux qui utilisent des sacs poubelle. Dans mon quartier les sacs en plastique du supermarché AB sont le plus souvent utilisés, ce qui représente en soi un indice socio-économique. Et puis il y a aussi le contact avec les bacs : certains jettent le sac sans s´approcher du bac comme s´il s´agissait d´une activité impropre, d´autres s´attardent afin de regarder ce qui a été jeté. Une communauté d´asiatiques, essentiellement des pakistanais passent avec un caddy et récupèrent la ferraille. Ces derniers se sont spécialisés dans ce secteur et lorsqu´on veut jeter  un élément en ferraille on fait généralement appel à eux. Des hommes de tous les âges fouillent les poubelles afin de trouver de quoi manger. Cette activité s´est répandue à tel point que certains habitants trillent leur poubelle en fonction des aliments qui peuvent encore être consommés. En général ils mettent les aliments dans un sac sur le côté du bac afin d´être facilement identifiable.

Parmi les activités des sans-emploi, on en voit quelques-uns sortir en habit de sport pour effectuer une activité sportive ou pour faire les courses.

La ponctuation de la journée et la régularité sont deux éléments nécessaires pour maintenir un équilibre et se sentir utile, plus encore lorsqu´on est sans-emploi. Ça permet de garder une dignité et une estime de soi. Je l´ai expérimenté lorsque je travaillais sur les sans-abri à Beyrouth. Ils avaient instauré un rythme de vie quotidien, en allant par exemple au jardin public de telle heure à telle heure. J´avais aussi entendu des témoignages de prisonniers qui allaient dans le même sens : ponctuer la journée par des activités régulières leur permettait de ne pas « perdre la tête ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.