Une anthropologie sonore

Parmi les expériences inhabituelles que j´ai vécues en étant alitée, je parlerais plus particulièrement de ce que j´appellerais l´observation sonore. Nous avons entendu parler d´observation visuelle, d´observation participante, d´observation flottante mais pas souvent d´observation sonore sans que cela n´implique la musique, les chants ou les danses. Or c´est une des composantes de l´observation en général mais elle n´est jamais prise pour elle-même. Ayant, comme je l´ai mentionné dans un article précédent, était obligée d´être alitée durant 2 mois, limitée à quelques mouvements après une chirurgie, je commençais à m´intéresser au quartier de Pangrati, objet de mon étude, du point de vue sonore. C´était en août et en septembre 2013. Athènes se vide petit à petit à partir du début du mois de juillet, pour atteindre un point culminant le 15 août où on n´entend plus aucune voiture, aucun bruit de pas dans la rue puis la ville recommence à se remplir jusqu´à la reprise de son rythme habituel autour de la mi-septembre. Je me concentrais sur les bruits des voitures, des pas, des paroles et des rires car les habitants sont souvent sur leur balcon après le coucher du soleil. Je repensais à la ville de Beyrouth lors d´une performance donnée en 2001 par l´artiste sud-africaine Tracy Rose : ¨The hope I hope¨. Elle s´installe dans le jardin d´une maison qui donne sur la corniche, vêtue uniquement d´une grande jupe qui représente les points chauds du monde avec une guitare. Elle s´apprête à raconter une histoire et à jouer mais en fait elle ne le fait jamais. Le public est en situation d´attente tout au long de la performance qui se joue plutôt. En effet, Tracey Rose donne la parole au public. Les spectateurs passent par plusieurs états psychologiques pour se concentrer finalement sur les bruits de la ville, Beyrouth, une ville très agitée, avec des passants bruyants, des klaxons, des vendeurs ambulants, etc…

Les bruits que je pouvais entendre à Pangrati étaient ponctués par le moment de la journée.  Le matin tôt, je pouvais entendre essentiellement des voitures et des motos en marche. Ensuite dans la matinée quelques bruits de pas, de la musique essentiellement un accordéon, des vendeurs ambulants avec des porte-voix et des bruits de caddy. A l´heure du déjeuner et jusqu´à 17h30, 18h, tout était silencieux. Les habitants font généralement la sieste. Il s´agit d´une coutume à Athènes. Il est interdit de faire du bruit de 14h30 à 17h30-18h dans les quartiers plutôt traditionnels car il s´agit d´un moment sacré pour le repos. Après le coucher du soleil, j´entendais des bruits de voix, des éclats de rire, de la musique. Le quartier s´anime parfois jusqu´au lever du jour.

Le fait de se concentrer sur le sonore permet de percevoir le rythme d´une ville autrement, parfois plus intensément car le visuel prend généralement le dessus sur le sonore. Parfois le son rappelle un déjà-vu, par exemple les caddys, les pakistanais et la ferraille, et parfois on essaie d´imaginer des situations, on sent passer des émotions à travers un cri, un éclat de rire.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.