Ciel, mon âme !

Lorsqu´on travaille dans le cinéma et en général dans tout ce qui a trait à l´image et à la représentation, la question de l´âme surgit.

Jean Epstein le dépeint très bien dans son film La chute de la maison Usher (1928) en la personne du Lord Roderick Usher qui peint avec acharnement le portrait de son épouse ; celle-ci s´étiole, transmettant le peu de vie qui lui reste au portrait et lorsque le portrait est terminé, elle s´effondre.

Une autre anecdote est liée au photographe et cinéaste américain Man Ray qui faisait un de ses premiers portraits : en développant les photos, il se rend compte que son sujet avait plusieurs yeux superposés. Il les lui montre et celle-ci lui dit : ¨mais vous avez réussi à dévoiler mon âme¨.

Aussi, les africains sont généralement assez réticents aux photos et à la vidéo. Il est mal vu de prendre des photos des gens dans la rue sans leur demander leur accord car ils pensent que ces appareils vont leur voler leur âme.

Or ce qui n´est pas dit, c´est qu´en filmant, le cinéaste perd aussi un peu de son âme pour l´enrichir par la suite, du moins dans les films documentaires où il n´intervient pas mais suit les événements qui se passent, en parfaite osmose. Il se met d´abord dans la peau et le rythme de la personne filmée dans le cadre de ce qu´on appelle l´observation participante.

Généralement, la période d´insertion qui consiste à partager des moments avec les enquêtés et personnages potentiels, s´introduisant dans leur vie, dans leur rythme, se faisant accepter par eux avant même de commencer à les filmer consiste en une relation à plusieurs où chacun dévoile un peu de soi jusqu´à ce qu´une certaine confiance s´établisse. Une fois la présence de l´anthropologue-cinéaste acceptée, les tournages peuvent commencer. Les personnes filmées définissent elles-mêmes ce qu´elles vont faire et le cinéaste les suit sans nécessairement savoir ce qui va se passer. Durant cette étape, le cinéaste est dans un oubli total de soi, se projetant corps et âme dans ses sujets afin de reproduire au plus près leurs actions et leur rythme, comme s´il devenait lui-même la personne filmée. Le cinéaste est alors comme une éponge, absorbant ce qui se passe autour de lui, le reproduisant, bravant quelquefois même les lois de la pesanteur en s´introduisant par exemple dans des lieux extrêmement exigus sans sentir son propre corps. Il se sent pousser des ailes.

Et à la question : qui a volé l´âme de qui ? je ne saurais répondre car il s´agit d´une correspondance, d´un échange où chacun essaie de donner le meilleur de soi et qui, lorsqu´il se produit dans de bonnes conditions, correspond à un moment de grâce.

Car ce qui nous fait défaut dans notre vie quotidienne et que l´art permet est un oubli total de soi ou du soi tel qu´on le connaît.

Bravant nos limites, on se sent vivant.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.