L´ombre des absents

Lors d´une enquête sur le terrain nous rencontrons des personnes que nous côtoyons, qui nous inspirent et que nous aimerions voir transformées en personnes filmées. Parfois les circonstances font que cela ne soit pas possible pour des raisons déontologiques, éthiques ou autres.

Dans le quartier de Pangrati, en deux ans d´enquête, cela s´est produit avec 3 voisines ou enquêtées. La première est une vieille couturière sise à côté d´un café auquel je me rends souvent. C´est une femme qui dégage quelque chose de spécial, je pouvais déjà voir ce que sa présence donnerait à l´image. Je l´observais régulièrement. J´eus affaire à elle pour régler les pantalons de mon mari. Elle me demanda si c´était pour le papa de Clara, je répondis par l´affirmative, elle baissa alors le prix de moitié. Etant devenue plus familière avec elle, je lui proposais par l´intervention d´une amie qui parle grec si elle acceptait de se faire filmer pendant qu´elle travaillait. Elle s´excusa à plusieurs reprises : ¨signomi, signomi¨ et me fit comprendre qu´elle ne supportait pas de se voir à l´image ni même ses mains.

Une autre voisine est une styliste qui possède une boutique de vêtements. Elle crée des vêtements uniques avec des tissus qui viennent des quatre coins du monde. J´aimais bien son travail. Je voulais filmer la confection d´un seul vêtement, depuis le moment où elle allait acheter le tissu, en passant par la confection dans l´atelier, jusqu´à la présentation dans la boutique. Je lui en ai parlé à plusieurs reprises, elle n´avait pas d´objection mais elle ne voyait pas comment cela pouvait se réaliser filmiquement. J´essayais de la rassurer en lui disant que c´était mon travail, qu´elle n´avait qu´à faire les choses comme elle les faisait habituellement et que je la suivrais. Je lui donnais ma carte et lui demandais de m´appeler lorsqu´elle serait prête, elle me l´assura mais ne le fit jamais.

La 3ème personne est une vieille dame qui habite le rez-de-chaussée d´un immeuble dans un appartement qui donne sur la rue. Elle est souvent entourée de chats avec lesquels elle communique et desquels elle s´occupe. Elle leur a aménagé des espaces de repos : on trouve devant chez elle des sièges-auto pour bébé, des couvertures, etc. Je voulus l´aborder, cependant une autre voisine m´apprit qu´elle souffrait d´un début d´Alzheimer. Par respect pour sa situation j´oubliais le sujet. J´appris par la suite que sa sœur donnait à manger à tous les chats du quartier et qu´elle était disponible à se faire filmer si j´assurais la nourriture des chats ce jour-là.

Parfois, les personnages sont intrigués lorsqu´on leur propose de les filmer dans leur quotidien, sans interview, juste comme ils sont. Ils deviennent méfiants car ils pensent que pour faire du cinéma il faut présenter des choses différentes, ce qu´on appelle des temps forts au cinéma.

Mais même si ces personnes ne sont pas présentes à l´image, leurs ombres continueront à m´inspirer en filmant les autres.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.