La difficulté des transitions

Durant le travail sur le terrain, l’enquêteur passe par des phases d’exposition et des phases de retrait. Le passage d’une phase à une autre nécessite une phase de transition.

Durant la phase d’exposition, l’enquêteur est disponible, ouvert vers l’extérieur, partageant des moments avec les enquêtés, ajustant perpétuellement ses actes en fonction des personnes étudiées, essayant de saisir des codes culturels desquels il n’est souvent pas familier.

La période de retrait qui consiste à se retirer de la scène nous aide à “digérer” tout ce que l’on a vu, expérimenté et à commencer à analyser. Or lorsque le terrain d’étude est le même que le lieu d’habitation, comme c’est le cas pour Pangrati, le retrait n’est que partiel puisque l’interaction avec les enquêtés est quotidienne et l’enquêteur reste en état d’alerte, observant ce qui se passe autour de lui. Et puis avec le temps, la vie quotidienne reprend le dessus et les sujets redeviennent des voisins. 

Les transitions entre une phase et une autre sont cependant difficiles car elles nécessitent le passage d’un état émotionnel à un autre. Le retrait suppose un éloignement. Après une période « euphorique » où l’enquêteur partage le vécu des sujets étudiés, il faut qu’il apprenne à se retrouver seul avec ses documents. Un sentiment de vide s’instaure au début. C’est un passage obligé qui permet par la suite l’étude des documents. L’appropriation des documents se fait par étapes également. Liés au souvenir et à la remémoration des moments vécus, les documents se transforment petit à petit se dénuant de leur aspect émotionnel pour devenir des faits à partir desquels une analyse est possible. Et puis, une certaine intimité se crée entre l’enquêteur et ses documents liée à leur étude répétée: à force de lire et relire les textes et de regarder les images, l’enquêteur se réapproprie les documents. Il se retrouve seul avec ses personnages, les figeant, un arrêt sur des paroles ou des images est possible. Il peut commencer à les cerner, croisant les informations, interrogeant les personnages d’une autre manière. Une chaleur liée à cette intimité finit par s’instaurer.

Et puis, il faut de nouveau reprendre l’enquête, s’exposer, rétablir le lien avec les enquêtés, établir un autre passage par une période de transition. La reprise est souvent liée à des appréhensions d’échec. Comment reprendre le contact avec les enquêtés après avoir pris une certaine distance? Il faut de nouveau faire des efforts, renouer des liens qui ont été rompus même si pas complètement. Il faut de nouveau dessiner une autre tactique. Qui contacter? A travers qui? Par qui commencer?

Les appréhensions de changement d’étapes sont toujours les mêmes, cependant le jeu d’exposition et de retrait s’enrichit avec le temps car les retraits permettent de mieux comprendre certains aspects, qui vont aider l’enquêteur à mieux reprendre le lien par la suite. Mais il reste néanmoins des craintes liées à un passage obligé : la difficulté des transitions.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.