Intro-duction à la Grèce

Il existe plusieurs manières de faire connaissance avec un pays lorsqu’on y est destiné pour y vivre durant un certain nombre d’années en tant qu’ « expatrié ». L’appréhension du pays dépend de la culture de la personne, de sa façon de voir le monde, de son « habitus », de sa conduite face à la nouveauté. Mon attitude en arrivant à Athènes fut celle d’une habituée dès le début. Ne connaissant pas le pays ni la langue, je me retrouvais cependant en milieu familier. Ceci débuta dès mon installation à Pangrati. Je retrouvais dans la configuration du quartier, son architecture, ses composantes, une similitude avec Beyrouth. J’avais besoin d’être ancrée, de me sentir appartenir à un noyau puis de rayonner à travers la Grèce. Ainsi j’effectuais la plupart de mes activités dans le quartier. Je m’impliquais dans sa vie, m’intéressant aux aspects nouveaux, accompagnant son évolution : par exemple lors de l’ouverture d’un théâtre. Car depuis 2011, date de mon arrivée, Pangrati a beaucoup changé ; des rues entières ont été reconfigurées. Je me sentais cependant en décalage avec d’autres expatriés qui commençaient leur séjour par la visite des grands sites historiques et touristiques, parcourant un nombre maximum d’îles, alimentant leurs conversations de références de voyage.  J’avais l’impression d’être de l’intérieur et je pense que je le suis devenue quelque part même si j’avais un statut d’étrangère. Je le notais lors de ma maladie. Sachant que j’avais des problèmes de dos, la plupart des commerçants que je côtoyais régulièrement se proposèrent de me livrer les produits à la maison. Ils s’enquerraient régulièrement de mon état de santé, suivant son évolution, me manifestant des signes d’attention et d’affection : par exemple lorsque je me rendais au restaurant du coin la propriétaire m’apportait un coussin pour appuyer le dos. Après l’opération, ils demandaient à mes proches de mes nouvelles et une fois rétablie je fus reçue avec beaucoup d’émotion par les occupants et les habitants du quartier. Je réalisais que je commençais à y avoir ma place. J’adoptais la même attitude lors de la visite de sites historiques. Je prenais mon temps afin de sentir les lieux, quitte à ne pas tout voir si le temps ne le permettait pas. Or je réalisais que c’est une attitude générale que j’adopte même lors de séjours touristiques. Je visitais la villa d’Hadrien en Italie accompagnée du livre de Marguerite Yourcenar « Mémoires d’Hadrien », y relisant certains passages afin de mieux m’imprégner des lieux. Je regrette notamment d’avoir dérogé à la règle lors de la visite de Palmyre en Syrie. J’aurais aimé prendre un café dans l’oasis au milieu du désert afin de mieux sentir l’effet de la présence de l’eau après tant de sècheresse, l’effet de la couleur verte des arbres après tant de pierres jaunâtres. La reverrais-je un jour ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.