Une vie de chat

J’appris lors de mes voyages que les animaux de la même espèce n’ont pas toujours les mêmes caractéristiques ni les mêmes réactions dans les différents pays et que les pratiques culturelles des habitants influencent les réactions des animaux. Je parle essentiellement des animaux non domestiques, qu’on retrouve dans la rue.

Dans cet article, je m’attarderais plus particulièrement sur les chats à Pangrati car leur nombre est important et les dispositions d’accueil improvisées par les habitants sont variées.

Autour de mon lieu d’habitation, plusieurs personnes donnent à manger aux chats. Il est aisé de les localiser car les chats se regroupent devant l’entrée de leurs immeubles. La nourriture est généralement spécialisée puisqu’on retrouve le plus souvent dans les assiettes du lait, des croquettes, plus rarement des pâtées.

Certains chats sont plutôt sédentaires, ils se regroupent devant un même lieu où ils ont déjà leurs habitudes. On retrouve à cet effet des couvertures, des couffins en osier, des sièges-auto pour bébés disposés devant certains immeubles où les chats peuvent se reposer. D’autres chats divisent leur journée, on les retrouve dans la matinée dans un endroit et dans l’après-midi dans un autre.

Un jour, un chat s’introduisit dans notre maison et s’y installa durant un mois. Nous étions partis en vacances. Il prit ses habitudes. A notre retour, malgré toutes les fouilles que nous entreprîmes, il était impossible de le retrouver. J’avais acheté de la nourriture pour chat dans l’intention de filmer la dame qui leur donne à manger. Je ne le fis pas immédiatement puis j’oubliais l’affaire. Le chat avait repéré la nourriture ce qui lui permettait de survivre car la maison était fermée. Après notre retour de vacances et plusieurs jours d’observation nous réalisâmes qu’il se trouvait caché dans la cave de la maison que nous avions auparavant fouillée plusieurs fois. Je le revois souvent, sous  la fenêtre, devant l’entrée de la maison.

Il existe dans les différents quartiers d’Athènes un cadre associatif pour l’attention portée aux animaux. On voit souvent en se promenant, des chiens qui se baladent dans la ville avec des colliers qui permettent de les identifier. Se sentant protégés, les animaux ne fuient pas les passants qui s’approchent d’eux. Ceci est vrai tant pour les chiens et chats que pour les pigeons. Le fameux jeu des enfants qui consiste à courir pour faire fuir les pigeons, les voir s’envoler et être porté par le souffle de leur battement d’ailes ne fonctionne pas à Athènes. Dans certains pays, rien qu’en amorçant le mouvement de course, les pigeons s’envolent déjà. Ces exemples nous montrent le respect et l’attachement des Grecs pour les animaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.